Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Aline Bourdiol-Deloche Céramique Contemporaine
  • : Autodidacte, je modèle la terre depuis 2005. Je travaille par thèmes (je n’aime pas utiliser le mot série !) Je passe de l’un à l’autre, je pars et je reviens comme on se promène dans un labyrinthe aux paysages différents et parfois insolites. J’aime passer des vases cylindres compressés, écrasés aux Cabinnaces sculptures réalisées à partir de plaques d’empreintes d’écorces d’arbres réalisées directement sur les troncs, en martelant la terre avec mon poing. Ensuite je ferai deux ou trois bols à thé en utilisant une petite boule de terre pas plus grosse qu’une mandarine que je perce et presse du bout des doigts. Après une ou deux Gueules Cassées que je réalise à partir d’une plaque de terre que j’applique sur une buche de peuplier déchiqueté à la fendeuse. (J’utilise ce bois car il est très filandreux) … Cette gymnastique des doigts et de l’esprit me permet d’éviter la répétition systématique du geste. Ce qui relie toutes ces pièces entre elles c’est ma relation à la terre, étroite, intime, charnelle, par-dessus tout tumultueuse. Pousser la fibre jusque dans ses derniers retranchements, chercher les frontières de la rupture. J’aime les contrastes, les engobes colorés, les réactions de l’émail dans le feu de l’enfumage, la douceur du polissage et la rudesse de certain effet de matière… Pour éviter la publicité vous pouvez téléchargé gratuitement adblock-plus... Vous pouvez voir un grand nombre de photos sur https://album aline-bourdiol-deloche.over-blog.com
  • Contact
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 15:04

aline bourdiol 049

Née de la Terre et du Feu, l'un ne peut exister sans l'autre.

Unis pour le meilleur comme le pire.

La Terre.

Je me souviens de la toute première fois.

Une petite boule ,rouge, douce ,fine et umide, blottie au creux de ma main .

Elle c'est glissée sous mes ongles , collée , à ma peau.

Là j"ai compris que c'était elle qui me tenait.

La Terre.

Dans la masse! Je découpe méticuleusement un moceau.

Un peu ? Beaucoup , non pas trop à la folie !

A cet instant , le duo commence , comme une vase à trois temps .

Je plonge dans la Terre souple et froide .

Mes mains doucement pressent , pincent , écrasent ....

Jusqu'au moment ou la matière si fine entre mesdoigts , la limite de la rupture.

Elle n'a plus rien à me donner !

Reprendre son souffle à tout prix à nimporte quel prix ,dans la force et la violence peu importe.

Reprendre son souffle !

Je la retourne , lafrappe, la jette, la bas, la retourne... encore et encore .

C' est là le deuxième temps de la valse.

Tout ce temps j'ai cru mener la danse, tout méchappe .

Sur la piste un amas , fripé , plissé , rabougri et racorni .

Que vais-je en tirer ?

Non que va-t-elle m'offrir !

Il va falloir la révéler .

Tout cela sans la briser.

Puis viendra l'épreuve du feu.

On commence souvent par un cuisson RAKU .

Tout au fond d' une vielle marmite , quelques copeaux de bois , du  papier...

On y plonge maladroitement la pièce incandescente , la flamme monte , l'enveloppe ,un tourbillon de fumée nous surprend .

Rapidement il faut fermer et attendre que la magie opère.

Le Feu nous a conquis !

Demain vite on fer de nouvelles pièces pour rallumer ce Feu .

Quelques brindilles sur lesquelles délicatement on soufflera .

Il faudra le nourrir petit à petit , doucement .

Puis viendra le temps des planches des buches tout ce qui nous tombent sous la main pourvu que cela brûle.

Durant des heures , attiser , retirer la braise remettre du bois le gaver comme un mostreà plusieurs têtes.

Après tant d'offrande , repu ,débordant de braise on l' étouffera.

Il faudra attendre...

Le mannque d' oxygène fera la différence.

Nos prières seront-elles éxaucées?

Au crépuscule ; rougie par les flammes, la peau et les cheveux imprégnés de l' odeur acre de la fumée ,

je bois encore de l'eau claire et fraîche ...

J'ai toujours soif ; commen si maintenant le Feu me consumait , Moi ...

 

                                       Aline Bourdiol Deloche

Partager cet article
Repost0

commentaires